Forêt cinéraire : pour des funérailles écologiques

Une forêt en guise de cimetière : qui peut imaginer un meilleur endroit pour reposer en paix ? Ce rituel funéraire d’un nouveau genre séduit de plus en plus de personnes qui se sentent concernées par l’environnement. Les forêts cinéraires existent déjà en Allemagne et des démarches ont été initiées en France.

Comment fonctionne une forêt cinéraire ?

Une forêt cinéraire est une forêt dédiée au développement d’obsèques durables. Comme dans un cimetière traditionnel, la famille doit, dans un premier temps, acheter une concession auprès de la mairie à laquelle est rattachée la forêt. Dans un deuxième temps, elle choisit l’arbre au pied duquel seront inhumées les cendres du défunt. L’urne funéraire biodégradable qui renferme les cendres sera alors enterrée au pied de l’arbre désigné. Une étiquette en bois, sur laquelle sont inscrits les nom, prénom, ainsi que les dates de naissance et de décès du défunt, sera ensuite accrochée sur une cordelette et placée autour du tronc de l’arbre en guise de stèle.

Des obsèques plus proches de la nature

Face au manque de place dans les cimetières et à la volonté de plus en plus de personnes de s’inscrire dans une démarche écoresponsable, même après leur mort, les forêts cinéraires semblent être une bonne alternative. Ce projet présente également un autre avantage écologique : il permet aux forêts concernées par ce projet d’être protégées de toute exploitation forestière. En France, des discussions ont été engagées pour ouvrir la première forêt cinéraire à Arbas, en Haute-Garonne.

Au-delà de la dimension écologique se trouve aussi une dimension spirituelle : une forêt est un cadre paisible et invite les proches du défunt au recueillement. Les cendres contribuent à nourrir un arbre et pour les personnes qui font ce choix, c’est aussi une façon de prolonger la vie. Un beau symbole du retour à la nature.